Authentifier.com

On ne badine pas avec la contrefaçon !

En temps de crise, deux secteurs diamétralement opposés tirent leur épingle du jeu : celui du luxe de seconde main et celui de la contrefaçon.

Céline, Kelly, Birkin… Plus que de simples prénoms, leur seule évocation nous inspire des contours harmonieux, un toucher soyeux, une odeur de cuir. Bref, le sac à main parfait. Et je dirai même plus. C’est l’amie qui vous accompagnera dans vos aventures, du matin au soir et parfois même du soir au matin.

Alors oui, cette amie là se doit d’être fiable, solide, résistante à l’épreuve de la vie (et de votre vie surtout). Ne jamais faillir, merveilleusement bien vieillir, être votre partenaire pour le meilleur et pour le pire. On lui en demande beaucoup mais on ne doute pas un seul instant de ses qualités…

Et pourtant… Comme en amitié, on peut faire de mauvais choix ou être trompée. Et le retour à la réalité peut faire mal. Au risque de me répéter (mais on ne le dira jamais assez) : on ne badine pas avec la contrefaçon !

La contrefaçon, un fléau mondial

« C’est la crise », on le sait que trop bien, on nous l’a rabâché, on se surprend même à utiliser cette formule devenue malheureusement trop fréquente dans les conversations. En temps de crise, deux secteurs diamétralement opposés tirent leur épingle du jeu : celui du luxe de seconde main et celui de la contrefaçon.

L’un dépend indéniablement de l’autre, on vous laisse deviner lequel…

La France est particulièrement exposée à ce fléau du fait de ses Maisons de luxe à la renommée mondiale. D’après les chiffres du Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, la contrefaçon représente un coût annuel de 7 milliards d’euros pour l’économie française. Un manque à gagner non négligeable.

La contrefaçon des articles de luxe concerne le marché international. La Chine bien sûr, qui représente à elle seule 95% de la production mondiale de contrefaçons. Certains pays d’Europe de l’Est et d’Europe centrale ainsi que les États-Unis et la Turquie viennent compléter le tableau. L’Afrique, victime et acteur, joue un double rôle d’exportateur et d’importateur de contrefaçons.

Internet : le canal de distribution préféré

Les marchés sont les sites de vente physique plébiscités pour écouler et vendre des articles issus de la contrefaçon. Cette activité frauduleuse s’effectue au regard de tous et devient parfois même une activité touristique qui fait la renommée d’une ville : c’est le cas de Vintimille en Italie, capitale du faux. Mais internet reste le canal de distribution privilégié. La prise de contact entre un vendeur et un acheteur est facile et rapide, les acteurs de la contrefaçon s’affranchissent de nombreux risques… Selon un rapport de l’Unifab sur l’impact de la contrefaçon vu par les entreprises en France, « Internet est désigné comme le premier canal de distribution de copies, avec 40% de suffrages ».

Les conséquences de la contrefaçon

Pour 86% des entreprises, l’explosion du marché de la contrefaçon « est en partie due au fait que le consommateur n’est pas suffisamment conscient des incidences de ce trafic ». L’acheteur, fortement exposé, ne peut lui-même garantir l’authenticité d’un article supposé de luxe et peut encourir de graves sanctions. Il est vrai que les marques agissent tant bien que mal contre ce fléau à travers divers partenariats avec des sites de vente en ligne ou des banques. Des campagnes de communication et de prévention sont diffusées auprès d’un large public pour sensibiliser l’opinion à ce fléau d’intérêt national voir international. Mais est-ce suffisant ? Au-delà de l’individu victime de contrefaçon, c’est toute une économie et une industrie qui sont durement touchées. Selon une étude KPMG, la contrefaçon conduit à la suppression régulière de postes (38 000 en France). Les pertes pour les entreprises opérant sur le marché du luxe sont multiples : perte de part de marché, baisse du budget en R&D et Marketing, perte de notoriété… La contrefaçon agit négativement sur l’innovation et le savoir-faire.

Action – réaction

Alors agissons tant qu’il en est encore temps !

La répression, nécessaire et obligatoire mais nullement suffisante pour faire face à elle seule contre ce fléau, a connu un renforcement de la réglementation en 2021. La proposition de loi nº 4555 visant à moderniser la lutte contre la contrefaçon a été enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 12 octobre 2021

Les marques, à titre privé, ont mis en place des techniques innovantes de traçabilité et de reconnaissance de leurs articles.

Enfin, vous, à votre échelle, avez également le choix (et quelques part le devoir) de participer à cette lutte. Dans votre intérêt et dans celui, plus général, de notre économie et notre industrie. C’est dans cette optique que www.authentifier.com vous propose un service d’authentification en ligne. Ce service vous permettra de vérifier l’authenticité d’un article avant achat ou de prouver l’authenticité d’un article pour appuyer une vente.

Partager:

Facebook
Twitter
LinkedIn

Nos services

L'attestation Authentifier.com

Pourquoi faire appel au laboratoire d’imagerie agréé indépendant Authentifier.com ?
Attestation de conformité
Autres articles
Reconnaître une contrefaçon

Comment reconnaître une contrefaçon ?

La France est mondialement reconnue pour l’excellence de son savoir-faire artisanal et les articles de luxe qui y sont créés chaque année. Par conséquent, elle est notamment fortement impactée par le marché de la contrefaçon.

Lire l'article »